Société Populaire de Hon-gong

La déclaration d'indépendance de Hon-gong

Dans un ancien conte presque oublié, il était une fois l'île de Hon-gong où une ancêtre, Tin-Xao, guidait les marins perdus en mer. Cette île, qui n'apparaît sur aucune carte, est devenue la terre que se sont promis de créer les exilés Xians.

Extraits du discours de Xan, rapporté par la propagande de Hon-gong :

Quand la magie s'est retirée, affaiblissant les créatures qui nous esclavagisaient, Xao s'est révolté. Avec l'aide de l’Étincelle portée en nous, il déploya une puissance formidable, nous libérant de l'oppression des créatures de l'ère du Maelstrom.

Durant l'avènement de l'ère des hommes, Xao ne désirait pas le pouvoir pour lui. Il permit à Jin de fonder l'Empire immuable de Xao… C’était un mensonge ! L’Empereur est mortel et Xao s’est toujours plus divisé, par les intrigues de la caste des Princes auto proclamés par l’usage de l'Étincelle. Des siècles sans Empereur, et voilà que face au danger on essaie de nous en trouver un !

Avec le retour de la magie, les créatures anciennes émergent de leur torpeur, et un seul dragon suffit à briser cet Empire de pacotille. Pour survivre et prospérer, au retour de l'ère du Maelstrom, nous devons être plus que des Étincelles ; plus qu'un Empereur.

Nous, exilés ayant fui la mort ou l'esclavage sous les griffes d'Athora...

Nous, rônins sans Princes, commerçants ruinés, déchus, Invisibles sans caste...

Nous, simples Xians !

Nous avons perdu un pays qui nous gardait prisonniers des castes, mais nous avons acquis la liberté !

Ne mourrons plus bêtement sous les ordre stupides des Princes ! Combattons pour nous-même !

Si nous sommes individuellement moins forts, organisons-nous en troupes qui terroriseront l’ennemi !

Si une bête du Maelstrom peut tuer dix guerriers, alors créons des armes contre elles !

Si nous sommes confrontés à une grande puissance magique, alors il existe dans l'univers des puissances supérieures à aller maîtriser et opposer !

Tensho, Foshan, Khan’bator, et Dharma combattent pour un Empire qui rêve sa gloire passée, terrassés par les périls du présents. Hâtons-nous pour nous donner un avenir !

Nous devrons évoluer ! Apprenons et reproduisons les atouts des autres Empires, leurs magies, leurs technologies, leurs secrets ! Perfectionnons-les ! Innovons ! Apprivoisons les pouvoirs du Maelstrom !

Par tous les moyens contraignons nos adversaires à nous reconnaître comme un peuple libre !

Nous sommes le peuple libéré ! Ni courtisan, ni soumis !

Ne nous noyons pas dans l’adversité !

Créons notre Hon-gong !

L'origine

Il s’agit d’un schisme “communiste” avec l’Empire de Xao. Les personnes en exil, suite à l’invasion du dragon Athora, ont fédéré les mécontents du régime avec eux. Ils sont actuellement embarqués sur la flotte Exodus, volée au Princes de Xao, complétée par des navires pirates, des maisons flottantes et pirogues de pêche... Ceux restés sur le continent font de la propagande activiste.

Les conteurs narrent le vol de la flotte Exodus, sous le titre : ”L’océan et le vent”. Alliance improbable de militaires, pirates, pêcheurs et paysans poussés par l’exil.

Culture

Les disparités sociales et régionales entre les différents exilés créent une nouvelle société composite, fédérée autour de sa détestation de l’Empire des Princes, afin de bâtir un nouvel état plus moderne. La guerre et ses urgences ont, de fait, créé une rupture de mœurs et de mentalité. Le nouvel ordre social tourne avec la bonne volonté des individus et l’organisation se restructure en fonction des besoins.

Les intellectuels appuient l'identité idéalisée de cette nouvelle faction par des textes anciens. Justifiant une pureté d'esprit par rapport à l’Empire de Xao divisé et corrompu, la compilation de ces textes a été très largement diffusée, sous la forme d’un recueil à la couverture cramoisie.

La religion

La population de Xao a une grande attirance pour tout ce qui touche à la nature. Les Xians vénèrent les quatre éléments ainsi qu'une multitude de dieux, qu’ils n’ont jamais organisée en « panthéon ». Certaines de ces croyances sont liées aux éléments de la nature, d’autres aux forces de l’au-delà...

En Khan’bator, on prie Daïnha, la déesse aux multiples facettes. En Tensho, c’est le Thao, qui organise la vie des croyants autour de la vénération des Kamis, les esprits de la nature. En Dharma, le culte des ancêtres est prédominant. La complexité de la province de Foshan rend impossible la vision exacte de leur culture religieuse, empreinte des diverses mouvances de l’Empire et des croyances apportées par les voyageurs.

Pour se porter chance lors des navigations en haute mer, les marins foshans de la flotte des exilés ont prit l’habitude d'honorer, en préparant des boissons d’écume blanche, l’ancêtre Tin-Xao qui dans les contes guidait les marins perdus en mer vers Hon-gong.

Après une ou deux tempête en mer elle est devenue très populaire.

La magie

Une étincelle de magie est présente chez chaque Xian et alimente la puissance de ceux capable de canaliser les étincelles de leurs suivants. Cette particularité justifiant le système de castes est rejeté par le nouvel idéal, (sauf un héros populaire apparaissait).

En Xao, les disciplines de magie sont liée à la calligraphie. Mais peu de l’élite et donc des magiciens ont rallié la cause, donc la magie est profane. Beaucoup veulent l'acquérir comme une revanche sociale.

Qui sont réellement les Hon-gongais ?

Les membres des forces de Hon-gong sont des Xians idéalistes, comprenant chacun différemment la doctrine de Xan. Il ont comme objectif de former une grande puissance indépendante.

Les exilés sont très attachés à leur racines (origines régionales). Il y a donc de grandes différences d'un exilé à l'autre.

L'idéal de la propagande des Hon-gongais et la réalité sont séparés par une fosse abyssale :

  • La flotte est réduite, les plus gros navires manquent de ports décents pour les réparations.
  • Les armes et armures sont faites de bric et broc : de luxueuses armes et armures ramenées durant l’exil, des outils de travail adaptés pour la noble tâche de trucider et des butins des pirates de la côte des Épices ayant rejoint la flotte.
  • Beaucoup des criminels qui ont rejoint les exilés sont plus pragmatiques qu’idéalistes.
  • Les ressources manquent.

Les individus étant projetés en milieu hostile, ils auront plus d'humour afin de supporter la fatalité des conditions d’exil. Humour, à base d’autodérision, empreint des stéréotypes sur les Xians, mettant en relief l'absurdité de la condition humaine ou proverbes improbables.

Xao né dans le ruisseau fini truand ou maquereau.